Hiver israélien

Il fait froid dans les maisons, dans les salons et sous les draps,

Le mazgan marche à fond, bruyant, mais ne réchauffe pas

Dehors, les flaques s’accumulent, les parapluies se cassent, ça n’en finit pas.

Il fait gris, mouillé, glacial, l’hiver est là.

Les pluies sont violentes, ça tombe en trombe,

Les éclairs en plein décembre et le tonnerre qui gronde.

En quelques jours les paysages se transforment, et dans les champs

Le jaune orangé laisse la place au vert, si vert, presque fluorescent.

Mais toujours, toujours, au cœur des journées les plus grises,

Contre toute attente, le soleil finit par percer sous la brise.

Et pour une minute ou pour quelques heures,

Le ciel soudain bleu éclatant laisse passer les rayons qui inondent les coeurs.

Et puis voilà que pendant plusieurs jours il fait tout simplement beau,

On abandonne dans l’entrée les manteaux,

Et les lunettes de soleil fleurissent sur les visages,

Vous faites quoi ce Shabbat? On se voit à la plage?

Glissant de la morosité à l’allégresse, du terne à l’étincelant,

Tel est l’hiver israélien, à l’image d’un pays: Intense et étourdissant.

Ce contenu a été publié dans Atmosphère israélienne, écrire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.